Commercialisé en Belgique, Allemagne, Pays-Bas et Suède, le diesel bleu n’est pas l’autre nom du gasoil pêche mais un biocarburant de deuxième génération issu de déchets végétaux ou d’huiles usagées.

Aussi appelé XTL (comme l’ensemble de la famille des carburants de synthèse) ou HVO (car produit par hydrogénation), le diesel bleu présente un grand nombre d’avantages par rapport au gasoil fossile mais aussi au B100.

Avantages par rapport au gasoil traditionnel :

Avantages par rapport au B100 :

Inconvénients :

Le diesel bleu peine donc à se développer essentiellement vu son coup supérieur à la pompe.

Cependant, selon nos confrères belges de la BRAFCO (Fédération belge des négociants en carburants), le diesel bleu peut garder un avantage en remplacement des EMAG. En effet en Belgique, les incorporations dans le gasoil sont de 10% et à ce taux, les problèmes de pannes et colmatages sont assez fréquents. Il pourrait donc être envisageable de proposer un gasoil avec incorporation de diesel bleu, l’additif préservant les moteurs et filtres de l’agressivité des EMAG pourrait même être supprimé dans ce cas.

Pourquoi parle-t-on de biocarburant de deuxième génération ?

Issu de déchets de plantes et de bois ainsi que d’huiles usagées, le diesel bleu répond au principal argument qui existe contre les biocombustibles de première génération, à savoir qu’ils utilisent des surfaces cultivables pouvant servir à l’alimentation. C’est pourquoi on parle de deuxième génération.

Et vous, quel avenir souhaitez-vous pour le diesel ? L’électrique est-il inéluctable ? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.